Nous vous partageons aujourd'hui le témoignage de Gérard qui a suivi le MOOC Conception en Permaculture. Il nous parle de son expérience du MOOC et des projets réalisés. *

 

Le Mooc a transformé de fond en comble mon rapport à la terre ! Moi qui étais un piètre jardinier et un adepte du labourage de la terre; je mettais toutes les 'mauvaises' herbes à la poubelle… Aujourd’hui, fini le bêchage. J'alimente désormais la surface de mes planches cultivées en compost et pour la première fois en fumier de cheval. Je paille et laisse verres de terre et bactéries faire le reste. Une fois le MOOC terminé, j’ai commencé par une motte surélevée. Maintenant j'en ai construit 8 autres. Avec des palettes et des planches de récupération, j'ai fait des caissons de 40cm de hauteur. C'est moins fatigant pour jardiner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivi du MOOC et créneaux horaires 

J'avoue que c'était assez irrégulier, en fonction de mon temps libre disponible, souvent le soir, avant de me coucher. J'ai été souvent en retard et j'ai regardé plusieurs chapitres d'un coup, ce n'est pas forcément ce qui est le mieux pour bien mémoriser. Je trouve le support excellent, et l'usage plaisant et facile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Changements et réalisations

Je pense avoir gagné en cohérence, entre mes valeurs et ma façon de vivre. Et puis l’approche holistique qu’est la permaculture me permet de mieux identifier ce qui était important pour moi dans la vie. Je suis ingénieur et je n'avais jamais autant perçu que nous étions si dépendants de la biodiversité, et je croyais au miracle de la technologie.

Avec THERMIE, une association de rénovation dont j’étais déjà le spécialiste énergie, nous avons lancé en janvier des ateliers de permaculture sur Rueil et avec le confinement, nous faisons des webinaires ouverts à tous. Il y a quelques mois, Thermie a été invité à travailler sur la conception d'éco-lieux résilients afin de proposer dès 2021 un modèle qui puisse répondre à ces dérèglements climatiques et c'est l'éthique de la permaculture qui est appliquée.

Avec un collectif d'associations Rueil en transition, nous avons lancé Pacte pour la transition afin de demander aux candidats aux municipales de mars de signer les 11 mesures à Rueil contre le dérèglement climatique et pour développer la permaculture à Rueil. Maintenant, nous allons demander au Maire des terres en friche pour y faire nos ateliers de permaculture et en faire des jardins partagés.

Motivation 

Ce qui manque, c'est de la pratique. Après le mooc, j'ai pu faire un week-end de formation en permaculture à Chambourcy. J’ai pu mettre la main à la pâte. C’est aussi pour ça que nous avons lancé nos ateliers de permaculture, pour passer à l’action ensemble. Y participent des personnes qui n'ont jamais jardiné, et le travail en groupe est très enrichissant, surtout pour discuter du design, où les idées fusent.

"De quoi te souviens-tu le plus dans le MOOC ?"

L'éthique, on en a parlé, les règles de bon sens, observer avant, apprendre à être fainéant, utile quand on est un fonceur... L’idée que nous sommes tous liés m’a aussi beaucoup marqué. Ce qui se passe avec l'épidémie de coronavirus en est un bon exemple ! J’ai aussi adoré le témoignage de Sepp Holzer, agriculteur dans les Alpes autrichiennes, qui a transformé le climat en changeant la circulation des eaux de ruissellement, avec des pierres...

 

* Témoignage recueilli en avril